Légende de Guan Yin

Légende de Guan Yin

LÉGENDE DE MIO SHAN

Étant donné que les bodhisattva sont connus pour s’incarner à volonté en tant que personnes vivantes selon les sutras, la princesse Miao Shan est généralement considérée comme une incarnation d’Avalokitesvara (Guan Yin). Au Japon, il s’agit de Kannon Sama, déesse de la compassion.

Une autre histoire décrit Guan Yin comme la fille d’un roi cruel qui voulait qu’elle épouse un homme riche mais indifférent. L’histoire est généralement attribuée aux recherches du moine bouddhiste Chiang Chih-ch’i en 1100 après JC.

L’histoire a probablement une origine taoïste. Chiang Chih-ch’i, lorsqu’il a rédigé l’ouvrage, pensait que le Guan Yin que nous connaissons aujourd’hui était en fait une princesse bouddhiste appelée Miao Shan, qui avait des disciples religieux sur la Montagne des Parfums. Malgré cela, il existe de nombreuses variantes de cette histoire dans la mythologie chinoise.

Selon l’histoire, après que le roi ait demandé à sa fille Miao Shan d’épouser l’homme riche, elle lui a dit qu’elle obéirait à son ordre, à condition que le mariage atténue trois malheurs.

Le roi demanda à sa fille quels étaient les trois malheurs que le mariage devait soulager.

  • Miao Shan expliqua que le premier malheur que le mariage devrait soulager était la souffrance que les gens endurent en vieillissant.
  • Le deuxième malheur que le mariage devrait soulager est la souffrance que les gens endurent lorsqu’ils tombent malades.
  • Le troisième malheur qu’il devrait soulager est la souffrance causée par la mort.

Si le mariage ne pouvait atténuer aucune de ces souffrances, alors elle préférait se retirer pour toujours dans une vie de religion.

Lorsque son père lui a demandé qui pouvait soulager tout cela, Miao Shan a répondu qu’un médecin était capable de faire tout cela.

Son père s’est mis en colère car il voulait qu’elle épouse une personne de pouvoir et de richesse, et non un guérisseur. Il l’a forcée à travailler dur et a réduit sa nourriture et sa boisson, mais cela ne l’a pas fait céder.

Chaque jour, elle mendiait pour pouvoir entrer dans un temple et devenir nonne au lieu de se marier. Son père finit par l’autoriser à travailler dans le temple, mais demanda aux moines de lui confier des tâches très pénibles afin de la décourager. Les moines obligèrent Miao Shan à travailler toute la journée et toute la nuit, tandis que d’autres dormaient, afin de terminer son travail. Cependant, elle était si bonne que les animaux vivant autour du temple ont commencé à l’aider dans ses tâches. Son père, voyant cela, est devenu si frustré qu’il a tenté de brûler le temple. Miao Shan a éteint le feu à mains nues et n’a subi aucune brûlure. Maintenant frappée par la peur, son père ordonna qu’elle soit mise à mort.

Selon une version de cette légende, lorsque Miao Shan fut exécutée, un tigre surnaturel l’emmena dans un des royaumes les plus infernaux des morts. Cependant, au lieu d’être punie par des démons comme les autres détenues, Mio Shan jouait de la musique et des fleurs fleurissaient autour d’elle. Cela a complètement surpris le démon en chef. L’histoire raconte que Miao Shan, en étant simplement dans cet enfer, l’a transformé en paradis.

Une variante de la légende dit que Miao Shan s’est laissée mourir par la main du bourreau. Selon cette légende, alors que le bourreau tentait d’exécuter les ordres de son père, sa hache se brisa en mille morceaux. Il a ensuite essayé une épée qui s’est également brisée. Il essaya d’abattre Miao Shan avec des flèches, mais elles ont toutes dévié.

Finalement, en désespoir de cause, il a utilisé ses mains. Miao Shan, consciente du sort que le bourreau allait réserver à son père si elle ne se laissait pas mourir, pardonna au bourreau d’avoir tenté de la tuer. On dit qu’elle a volontairement assumé l’énorme culpabilité karmique que le bourreau a généré pour l’avoir tuée, le laissant ainsi sans culpabilité. C’est pour cette raison qu’elle est descendue dans les royaumes de l’enfer. Là-bas, elle a été le témoin direct de la souffrance et des horreurs que les êtres humains doivent endurer et a été accablée de chagrin. Remplie de compassion, elle a libéré tout le bon karma qu’elle avait accumulé au cours de ses nombreuses vies, libérant ainsi de nombreuses âmes souffrantes pour les ramener au Ciel et sur Terre. Ce faisant, le royaume de l’enfer devint un paradis. On dit que Yanluo, le roi de l’Enfer, l’a renvoyée sur Terre pour empêcher la destruction totale de son royaume, et qu’à son retour, elle est apparue sur la Montagne des Parfums.

Un autre récit dit que Miao Shan n’est jamais morte mais qu’elle a en fait été transportée par un tigre surnaturel, que l’on croit être la divinité du lieu, sur la Montagne des Parfums.

La légende de Miao Shan se termine généralement par le décès de Miao Chuang Yen, le père de Miao Shan, atteint de la jaunisse. Aucun médecin n’a pu le guérir. Puis un moine est apparu en disant que la jaunisse pouvait être guérie en fabriquant un médicament à partir du bras et de l’oeil d’une personne sans colère. Le moine suggéra également qu’une telle personne pouvait être trouvée sur la Montagne des Parfums. Lorsqu’on lui a posé la question, Miao Shan a volontairement offert ses yeux et ses bras. Miao Chuang Yen fut guéri de sa maladie et se rendit sur la Montagne des Parfums pour remercier la personne. Lorsqu’il a découvert que sa propre fille avait fait le sacrifice, il a demandé pardon. L’histoire se termine par la transformation de Miao Shan en Guan Yin aux mille bras, et par la construction d’un temple sur la montagne par le roi, la reine et ses deux sœurs. Elle a commencé son voyage vers le ciel et était sur le point de le traverser lorsqu’elle a entendu un cri de souffrance venant du monde d’en bas. Elle s’est retournée et a vu les souffrances massives endurées par les peuples du monde. Remplie de compassion, elle est retournée sur terre, jurant de ne jamais partir avant la fin de toutes les souffrances.

Après son retour sur Terre, Guan Yin serait restée quelques années sur l’île du Mont Putuo où elle a pratiqué la méditation et aidé les marins et les pêcheurs qui se sont retrouvés en rade. C’est pour cette raison que Guan Yin est fréquemment vénérée comme protectrice des marins et des pêcheurs. On dit qu’elle est souvent la cause de la mer lorsque les bateaux sont menacés par des rochers. Après quelques décennies, Guan Yin est retournée à la Montagne des Parfums pour continuer sa méditation.

MON HISTOIRE AVEC KANNON SAMA

Cette déesse est apparue a plusieurs reprise sur mon chemin, lorsque j’avais le plus besoin de compassion. Elle m’a guidée un nombre incommensurable de fois, et je ressens beaucoup de gratitude pour cela. C’est vraiment au Japon que j’ai sentis sa présence se renforcer à mes côtés.

A chaque fois que vous avez besoin d’amour, de compassion, demander à Guan Yin de vous soutenir, elle saura vous apporter le réconfort dont votre âme a besoin pour poursuivre votre chemin sur Terre.

C’est donc tout naturellement que j’ai choisis ses kanji japonais pour donner le nom de mon cabinet de thérapie corps esprit (kinésiologie et soin énergétique) Otomi Namaste

[Oto] = son – Peut aussi être lu [noun]

[Mi] = voir – Peut aussi être lu [ka]

Namaste, Kannon Sama.

Leiya

I'm Leiya, choregraphic artist. I'm specialised in world dance, contemporary dance, impro in situ - butoh. I perform for concert with live music, for visual art exhibition, for school (world culture and Zen Sound meditation discovery), or for special events with fire dancing.

Laisser un commentaire